Loading...

Le ou les meurtriers se sont acharnés sur leur victime. L’autopsie du corps en partie carbonisé, découvert dans un appartement grenoblois par les pompiers vendredi matin 5 avril, a révélé que la victime avait reçu 90 coups de couteau avant et après sa mort, selon les déclarations du procureur de la République de Grenoble, Éric Vaillant. L’examen du corps samedi 6 avril a révélé qu’il s’agissait d’un jeune homme de 19 ans né en Isère. Une enquête pour meurtre a été ouverte. Deux hommes ont été placés en garde à vue lundi 8 avril dans ce dossier après s’être spontanément présentés au commissariat de Grenoble vers 12h30, a ajouté le magistrat.

Vendredi matin, les pompiers pensaient avoir affaire à simple feu d’appartement quand ils ont été appelés pour un dégagement de fumée provenant d’un appartement. Arrivés devant le logement situé au quatrième étage du 149, rue de Stalingrad, les secours ont dû forcer la porte. Une fois les flammes éteintes, les pompiers ont découvert un matelas recouvert de sang derrière la porte d’entrée. Du sang a aussi été retrouvé dans la pièce principale. Les pompiers ont aussi constaté une traînée de sang sur le sol, menant jusqu’à la chambre. C’est là que le corps a été découvert, en partie calciné, allongé «sur ce qui restait d’un sommier dans l’une des deux chambres», a précisé Éric Vaillant.

L’appartement en question «ne semblait pas être occupé de façon habituelle», a ajouté le magistrat. Très peu meublé, le logement était, selon la police, régulièrement squatté. Des voisins, contactés par Le Figaro, ont déclaré ne pas porter attention à ce qui se pouvait se dérouler dans cet appartement. Un commerçant décrit un quartier tranquille dans lequel il travaille depuis plus de 40 ans.

L’incendie aurait servi à dissimuler les traces du meurtre. Le ou les assassins ont utilisé des débris de meubles pour brûler le corps. Après le départ de feu, la porte a été verrouillée de l’extérieur, selon les informations du Dauphiné Libéré. Deux solutions: le ou les meurtriers ont soit subtilisé la clef sur le corps de la victime, soit ils disposaient d’un double des clefs. Le quotidien indique également que la jeune victime habitait dans un autre appartement de l’immeuble où a été commis le crime.

L’enquête a été confiée à la police judiciaire de Grenoble.

source : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/grenoble-un-jeune-de-19-ans-poignarde-90-fois-avant-d-etre-calcine-20190408