Loading...

La pauvre Alexia Daval a été tuée « par accident » par son mari Jonathann Daval. L’homme a avoué l’avoir tuée mais il nie avoir brûlé le corps de sa compagne qui a été retrouvée carbonisée. La famille et les parents de la jeune femme sont bouleversés. Ils ont décidé de briser le silence et pour cette raison, ils ont fait des déclarations déconcertantes sur leur gendre.

Alexia Daval : les parents font des déclarations déconcertantes

La mère d’Alexia Daval, Isabelle Fouillot, a déclaré : « On s’est bien fait manipuler, il s’était fait un scénario ». Quant au père d’Alexia Daval, Jean-Pierre Fouillot, le vit comme « une trahison ». Stéphanie Gay, la soeur de la jeune femme tuée par son mari, a affirmé : « Il y a réfléchi à ce scénario, la manipulation est allée très loin ».

Jonathann Daval est arrivé « en pleurs » au domicile des parents de sa femme, vers 11H00 à Gray (Haute-Saône), « en disant que quelque chose était arrivé à Alexia », a raconté la famille de la jeune femme dans une interview à BFMTV.

« Je lui ai dit que ce n’était pas possible, qu’elle avait dû rencontrer quelqu’un en chemin (…), moi je m’attendais à ce qu’elle arrive. Mais lui était déjà en pleurs », a confié la mère d’Alexia. Le beau-frère de la jeune femme, Grégory Gay, emmène Jonathann Daval en voiture rechercher la joggeuse sur son parcours de course habituel. « On a (…) regardé dans les fossés si on trouvait quelque chose », témoigne-t-il. 

« Quelques heures avant, il faisait sa petite tournée (à Gray) pour qu’on le voie en ville dans un calme absolu », se souvient Grégory Gay. « Il a vu Jean-Pierre au bar (…), il était détendu avant d’arriver en pleurs chez Isabelle. C’est déconcertant », ajoute-il, se demandant « depuis quand il préparait ça ? ». 

Jonathann Daval a évoqué Alexia comme son « oxygène ».  Les parents d’Alexia affirment n’éprouver aucune haine. « La haine ne changera rien et ne nous ramènera pas Alexia », confie M. Fouillot. Il vit un « double deuil » : « on a perdu deux êtres qu’on aimait énormément -Alexia et notre gendre – et ça fait mal « .